Nick_Holme’s Paradise Lost
Accueil du siteLe Coin LittératureMélanie Fazi
Brèves
David Gemmell
samedi 29 juillet

Mauvaise nouvelle pour les fans de fantasy, David Gemmell est mort hier, le 28 juillet, suite à son double pontage corronarien. Un grand conteur est mort ; nous nous souviendrons surtout de Légende, Druss et de toutes ses séries qui nous ont enchanté.

NicK

 
Mélanie Fazi - Arlis des Forains
mardi 21 juin 2005
par Nick_Holmes
popularité : 9%
Je remet en ligne ma critique sur ce roman qui est un petit bijou sorti il y a un an déjà ! Le temps passe vite mais mon avis n’a pas changé, Mélanie est - selon moi - un des meilleurs auteur français. En dehors des schémas classiques de la fantasy, son roman nous transporte dans deux microcosmes : celui des gens du voyage avec leur mystère et celui des petites villes rurales.

Synopsis :

Lorsqu’on a onze ans, le monde est un endroit étrange... Et quand ce monde se compose d’un ours, de singes savants et de serpents, l’étrange devient le quotidien. Car Arlis est un forain, et sa maison est la route. Il vit heureux en compagnie d’Emmett et de Lindy, qui dirigent la caravane, de Jared, le cul-de-jatte, d’Aaron et de Katrina. Si seulement Arlis savait ce qu’il fait parmi eux. Car il ignore tout de ses origines ou de sa famille. Un jour, alors que les forains atteignent la petite bourgade de Bailey Creek, Arlis fait la connaissance de Faith, la fille du pasteur. Ils se lient d’amitié et deviennent complices, au cœur des blés, sous la lune et le vent. Mais Faith n’est pas non plus une fille comme les autres. Elle connaît les secrets des champs de blés. Elle initie Arlis à d’étonnants sacrifices dédiés à l’épouvantail qui règne en maître sur ces lieux. Autour d’eux plane une présence invisible et effrayante. Oui, lorsqu’on a onze ans, le monde est un endroit étrange, où peuvent surgir la violence et la mort, et changer votre vie à tout jamais... (quatrième de couverture)

Critique :

Que dire sur ce bijou de littérature à la française... J’adore tout simplement ! J’avais déjà dit tout le bien que je pensais de "Serpentine" et je ne vais pas me priver de répéter ce que dit en substance Stéphane Marsan lui-même : "c’est poêtique, sensible et beau". Il se dégage toujours du récit une atmosphère qui m’enchante au plus haut point. J’ai encore tout dévoré en deux jours tellement j’ai été séduit par ce récit à la fois personnel et intime. Il reste simplement le meilleur roman français de 2004. Point.

@+Nick, ( note : 5/5 )