Nick_Holme’s Paradise Lost
Accueil du siteLe Coin LittératureLittérature Asiatique
Brèves
David Gemmell
samedi 29 juillet

Mauvaise nouvelle pour les fans de fantasy, David Gemmell est mort hier, le 28 juillet, suite à son double pontage corronarien. Un grand conteur est mort ; nous nous souviendrons surtout de Légende, Druss et de toutes ses séries qui nous ont enchanté.

NicK

 
Ryû Murakami - Bleu presque Transparent
dimanche 15 octobre 2006
par Nick_Holmes
popularité : 1%

Synopsys :

Bleu presque transparent relate, en une succession de courts chapitres, quelques journées dans la vie d’un groupe d’adolescents. Journées ou plutôt nuits vides d’espoir d’une " génération perdue " et désillusionnée qui s’abîme dans la destruction. Sexe, drogue, musique, violence... le tableau serait d’une banale désespérance s’il n’y avait ce mélange de distance quasi clinique et d’infinie générosité dans le regard porté sur les personnages. Dans Tôkyô oppressante et triste, Ryû, Kei, Okinawa payent, dans leur corps qu’ils ruinent avec constance, l’absence d’âme d’une société. Et leur déchéance possède la couleur du bleu presque transparent de la pureté. (Quatrième de couverture)

Critique :

Sexe, drogue et Rock ’n Roll dans le Japon d’après-guerre des années 70. Tel est le sujet de ce roman fort mais qui n’est - pour moi - qu’une juxtaposition de chapitres sans grande ligne directrice. Ceci illustre bien le parcours de ce groupe de jeunes paumés, drogués à mort, qui utilisent leur corps pour toutes les expériences sexuelles et sensuelles possibles, pour essayer de sortir de leur quotidien morne, sans but et totalement vide. Nihilisme et auto-destruction, tels sont les premières pensées que j’ai eu quand j’ai refermé ce roman. Certes, l’écriture et le style sont plaisants, mais je ne comprend pas vraiment pourquoi il a reçu en 1976 le prix Akutagawa - l’équivalent nippon de notre prix Goncourt. A part pour les amateurs de scènes crues, qui me semblent plus raccoleuses qu’autre chose, l’intérêt du roman est limité. Montrer ce vide d’une partie de la jeunesse japonaise soit, mais il manque quelques explications sur leur parcours qui expliquerait pourquoi ils en sont arrivés là. Et là, le bât blesse. On ressent bien que ce roman a un goût d’inexpérience et d’inachevé. Dommage car le potentiel est bien présent. On se tournera plutôt vers un autre roman de cet auteur comme les bébés de la consigne automatique.

Note : 3 / 5

@+, NicK.

 
Articles de cette rubrique
  1. Sun Tzu - L’art de la guerre
    9 juillet 2005

  2. Ryû Murakami - Bleu presque Transparent
    15 octobre 2006

  3. Saga Junichi - Mémoires d’un Yakuza
    9 novembre 2007