Nick_Holme’s Paradise Lost
Accueil du siteLe Coin LittératureDivers
Brèves
David Gemmell
samedi 29 juillet

Mauvaise nouvelle pour les fans de fantasy, David Gemmell est mort hier, le 28 juillet, suite à son double pontage corronarien. Un grand conteur est mort ; nous nous souviendrons surtout de Légende, Druss et de toutes ses séries qui nous ont enchanté.

NicK

 
G. R. R. Martin - Le Voyage d’Haviland Tuf
mardi 9 janvier 2007
par Nick_Holmes
popularité : 35%
Après le roman réussi Riverland chez le même éditeur, j’ai essayé le nouveau roman traduit en français de G. R. R. Martin, plus connu dans nos contrées pour son cycle du Trône de Fer. Résultat final mitigé.

Synopsys :

" Qu’est ce que vous faites ? Je cherche les jouets que Dévastation a égarés. Je perds du sang, nos réserves d’air s’amenuisent et vous, vous cherchez les jouets du chat ? " Haviland Tuf est un honnête marchand interstellaire qui apprécie les chats. A la suite d’une rencontre fortuite avec un groupe de mercenaires, il se retrouve en possession de l’Arche, un gigantesque vaisseau long de trente kilomètres abandonné mille ans plus tôt. Arme de guerre ultime créée par les éco-scientifiques de l’ancienne Terre, le vaisseau contient à son bord les technologies génétiques capables de bouleverser les écosystèmes de planètes entières... En compagnie de ses chats et des créatures nées de ses cuves de clonage, Haviland entame un long périple galactique. (Présentation de l’éditeur)

Critique :

J’ai bien aimé ce roman de S-F atypique, avec son personnage principal amoureux des chats jusqu’à l’extrême, n’aimant pas particulièrement ses semblables et n’arrivant pas à se faire prendre au sérieux par ses clients. Ses tribulations me font un peu penser à celles du chinois en Chine, transposées dans l’espace. Le style est clair et plaisant, la traduction sans problème majeur et les coquilles inexistantes (ou presque). Mais le problème principal du roman est son manque de cohérence. On sent que les chapitres du récit sont comme un patchwork de petits récits indépendants les uns des autres. Ceci a été confirmé quand j’ai appris que le roman a été publié au départ au USA comme des nouvelles "à suite". Ensuite, ces fameux chapitres fonctionnent tous sur le même schéma, ce qui m’a vite lassé puis ennuyé. De plus, le final est tellement classique que j’ai deviné la fin avant la moitié du dernier chapitre du récit. Tout ceci m’a un peu déçu, ce qui explique que j’ai préféré son livre précédent paru chez Mnemos, Riverdream. Je pense que ce roman de jeunesse - sorti il y a 20 ans aux USA - manque du génie que l’on a pu constater dans les livres postérieurs de Martin (je repense particulièrement à la nouvelle "Le chevalier errant" parue dans Légende). Sympathique donc, mais il sera vite oublié.

Note : 3.5 / 5

@+,

NicK